Archives du mot-clé tourisme durable

voyage responsable

Tourisme durable: 10 réflexes à adopter en voyage

Comment agir en faveur du tourisme durable en devenant un eco-voyageur ?

Apprendre quelques mots dans la langue du pays, trier ses déchets, donner un pourboire… Certaines habitudes de voyage responsable peuvent sembler évidentes, mais certains voyageurs ont tendances à les oublier une fois à l’étranger.  Tout ces « petits » comportements responsables permettent de distinguer les éco-voyageurs des autres.

Adapter son comportement selon sa destination

Voyager durable est avant tout un état d’esprit en cohérence avec le tourisme durable.  Il s’agit d’adopter un comportement en adéquation avec les enjeux environnementaux, économiques et sociétaux de sa destination. Petit guide des bonnes pratiques pour devenir un bon éco-voyageur.

Respecter les populations locales

1. Respecter les US et coutumes
Pour cela, il est nécessaire de bien se renseigner sur sa destination et ses traditions. Le mode de vie, la religion, la nourriture sont entre autre quelques exemples qui font la culture d’une population. A titre d’exemple, dans de nombreux pays comme l’inde, l’Éthiopie, la Malaisie, le Maroc notamment on mange avec les doigts de la main droite.

2. Donner un pourboire
Bien que la politique du pourboire soit très libre en France, dans certains pays il est vivement conseillé de laisser des pourboires. Pour nous autres occidentaux, ça peut paraître dérisoire de donner l’équivalent ne serait-ce que 0,50 € mais dans de nombreux pays ça fait toute la différence !

3. Visiter un lieu de culte
Se rendre dans un temple ou n’importe quel lieu de culte implique de connaître quelques règles de base. Il n’est pas inutile de rappeler qu' »on touche avec les yeux » et de parler à voix basses.
Si vous comptez partir en Asie, les shorts et les bras dénudés pour les femmes ne sont pas autorisés dans les temples et pagodes. Pensez donc à apporter des vêtements adaptés pour ce type de visite (exemple : prendre un foulard pour recouvrir ses épaules le temps de visiter ce type de lieux).

4. Prendre des photos
Si quelqu’un prenait une photo de vous sans vous demander votre permission, est-ce que cela vous plairait ? A l’étranger, demander systématiquement l’autorisation pour photographier quelqu’un. Cette « règle » s’applique d’autant plus sur les personnes religieuses comme les moines au Cambodge par exemple.

5. Apprendre quelques mots dans la langue du pays
Connaître quelques mots permet de faciliter les échanges avec les populations locales qui apprécieront votre démarche « d’essayer ».

Respecter l’environnement

6. Respecter la faune locale
Plusieurs principes encore une fois basiques, mais qui font la différence s’appliquent lorsqu’on est en contact avec des animaux. Ne pas toucher les animaux sauvages. En effet, même si vous avez très envie de toucher ce petit singe rencontré lors d’une visite de temple par exemple, ne le faites pas ! Aussi docile et mignon, qu’il soit, on ne peut connaître à l’avance la réaction d’un animal. De plus, vos mains peuvent contenir des microbes qui peuvent rendre réellement malades les animaux sauvages qui n’ont pas les anticorps adaptés pour les combattre.
De manière générale, on évite de se mettre trop près de l’animal et ceux même si vous avez très envie d’un selfie avec lui. On oublie donc le selfie avec l’éléphant, ce qui pourrait le stresser ! Ce pauvre animal a déjà connu suffisamment de torture dans sa vie pour que les touristes puissent monter sur son dos. Alors on oublie !

7. Respecter la flore
Ne pas cueillir les fleurs et les plantes que vous pouvez trouver dans la nature. Vous ne le savez peut-être pas mais l’espèce que vous avez cueillie est en réalité en voie d’extinction.

8. Limiter la climatisation
Dans beaucoup de pays où il fait particulièrement chaud,  même si ce n’est pas toujours facile, veillez à contrôler votre consommation d’électricité.

9. Recycler ses déchets
Prévoyez toujours un petit sachet avec vous pour mettre vos déchets. Les poubelles ne sont pas présentes partout alors mieux vaut anticiper plutôt que de jeter ses détritus dans la nature.

10. Utiliser une protection solaire eco-friendly
Préférez un lait solaire plutôt qu’une huile lorsque vous allez à la plage notamment. En effet, comme beaucoup on pu le constater l’eau et l’huile ne se mélangent pas. L’huile contribue donc à la pollution des océans à travers ses infimes particules qui ne dissolvent pas dans l’eau.

message en faveur du tourisme durable sous forme de pancarte

Le tourisme durable, un enjeu majeur pour le voyage de demain

Quels sont les différentes formes de tourisme durable  connu sous l’autre nom de tourisme alternatif ?

Tourisme durable, tourisme équitable, tourisme solidaire, ces appellations ne sont pas toujours facilement à distinguer ? Pourtant, ces nouvelles formes de tourisme durables sont le voyage d’aujourd’hui et de demain. Mais que ce cache-t-il précisément derrière tout ces termes qui font partie du tourisme alternatif ? Pas évident, donc, de les distinguer et de les différencier. C’est pourquoi, ECM Voyages a décidé de vous aider à y voir plus clair pour mieux comprendre les enjeux qui sont propres à ces nouvelles pratiques du voyage.

Pourquoi le tourisme alternatif existe-il?

Avec une industrie touristique devenue la première activité économique mondiale en représentant 10% du PIB mondial ; cette activité s’est développé à travers les années de manière considérable. Le tourisme est d’ailleurs loin d’être la seule activité à connaître d’importantes évolutions ; ce sont aujourd’hui des sociétés entières avec leurs modes de consommation qui se sont également  transformés depuis le début du XXIe. Ces changements ont été induits par des avancés économiques et technologiques (comme internet, des nouveaux moyens de communication, …). Mais aussi grâce à une plus grande sensibilisation aux impacts environnementaux. C’est donc en réponse à  ces différents enjeux actuels que le tourisme alternatif a vu le jour.

Quelles sont les nouvelles formes de tourisme durable ?

L’OMS (l’Organisation Mondiale du tourisme) définit le tourisme durable de la façon suivante: « Un tourisme qui tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil. « 
En partant de cette définition, de nombreuses déclinaisons ont ensuite vu le jour pour donner naissance au tourisme alternatif. Ces variantes prennent donc au moins l’un des trois piliers que représente le tourisme durable; l’environnement, l’aspect social ou l’économie. Il se décline sous les noms de tourisme responsable, durable, social, humanitaire, solidaire et équitable.

Tourisme responsable et tourisme durable: deux synonymes à nuancer

Ces deux termes peuvent être définis de la façon suivante:

Tourisme durable : Le tourisme durable s’inspire du développement pour désigner les différentes formes de tourisme alternatifs que peuvent appliquer les différents acteurs touristiques.

-Tourisme responsable : Le tourisme responsable relève d’une démarche personnelle visant à voyager en minimisant les impacts environnementaux et économiques.

Le tourisme durable peut donc être considéré comme un terme générique englobant le tourisme responsable.

Tourisme social et tourisme humanitaire: l’humain au cœur du voyage

Le tourisme social : le tourisme social se traduit par la mise en place d’actions et de programmes dans le but de donner le droit aux vacances pour le plus grand nombre.

Le tourisme humanitaire : Le tourisme humanitaire a pour but d’améliorer les conditions de vie de population dans le besoin à travers des projets de développement d’un territoire. Ce type de voyage est donc synonyme de rencontre, de partage et de dévouement pour venir en aide à son prochain.

Tourisme solidaire et tourisme équitable : deux pratiques au service des populations locales

Tourisme équitable : Développé sur le modèle du commerce équitable, l’objectif du tourisme équitable est de permettre aux populations locales de bénéficier des recettes engendrées par le tourisme pour améliorer leur condition de vie. Cette forme de tourisme repose donc sur l’implication des populations dans le développement d’activité touristique locale.

Le tourisme éthique ou tourisme solidaire : Le tourisme éthique ou tourisme solidaire est un mode de voyage qui a pour vocation de mettre à l’honneur les échanges, les rencontres et le partage avec des populations locales. L’humain a donc une place prépondérante, mais pour autant, il n’est pas le seul puisqu’une dimension économique vient également s’y rajouter. En effet, les professionnels du tourisme qui font la promotion du tourisme solidaire s’engagent à partager une partie des recettes perçues par les ventes de séjours. Ceci dans le but de financer des projets solidaires.